ransomwares

Une augmentation massive des demandes de ransomwares en 2017

Cette année 2017, les ransomwares se sont considérablement développés. Cela est dû aux deux grandes attaques informatiques mondiales WannaCry et Petya. Jusqu’à présent, ces dernières continuent de faire un ravage.

ransomwaresLes « ransomwares » déstabilisent le monde

Les ransomwares ou rançongiciels sont des virus puissants qui infectent et bloquent un ordinateur. Par la suite, une rançon est exigée. Depuis des mois, les deux grandes attaques informatiques mondiales WannaCry et Petya ont fait des centaines de milliers de victimes à travers le monde entier. Cela a permis aux hackers de rendre les demandes de rançons comme étant une énorme tendance sur le Web.

Le principe des hackers est d’attaquer le maximum de sociétés possibles. Le fait que les ordinateurs dans les entreprises sont en réseau a facilité leurs tâches. Ces deux grands virus, principalement WannaCry, ont réussi à bloquer une dizaine de sites de grands constructeurs automobiles à l’instar de Renault. Les hôpitaux sont aussi une des cibles les plus visées. Dernièrement, ce virus a permis aux malfaiteurs de récolter jusqu’à 140 000 dollars.

Aujourd’hui un grand nombre de pays est attaqué par les ransomwares ou rançongiciels, dont la France et l’Ukraine.

2017, une année de records

Selon Symantec, le spécialiste américain de la sécurité informatique, l’année 2017 est l’année des records en ce qui concerne les ransomwares ou rançongiciels. À la fin du mois d’août de cette année, une enquête sur ces derniers a été lancée. À titre informatif, entre 2015 et 2016, les rançongiciels ont connu une augmentation de 36 %. Pendant le premier semestre de 2017, ce chiffre a encore progressé. D’après les estimations de Symantec, en mai et juin 2017, WannaCry et Petya représentent à eux seuls 28 % des infections et blocages. Dernièrement, de nombreux ordinateurs sont encore ciblés et touchés par ces virus. Les piratages et attaques informatiques ne cessent d’augmenter en nombre. Environ 319 000 rançongiciels ont été identifiés et bloqués par le puissant antivirus du spécialiste du cyber sécurité.

Cette année, les hackers ont encore fait accroître le nombre de leurs victimes. Ils se sont également pris aux particuliers. Ils les piègent, les effrayent et leur demandent une rançon. Cependant, pour attaquer les sociétés, ils se sont professionnalisés. De janvier à juin 2017, plus de 42 % d’ordinateurs ont été infectés dans les entreprises contre 30 % pour la même période, en 2016. La plupart étaient des PC de bureau.

Des solutions envisageables

Dans les mois à venir, les ransomwares ou rançongiciels peuvent continuer à faire plus de victimes, entreprises comme particuliers. Sans des actions efficaces, ils pourraient devenir une menace très importante et très fréquente dans la vie quotidienne de tout un chacun. Fort heureusement que des solutions sont toujours envisageables face à ces attaques. D’après les statistiques de Norton Cyber Security, 34 % des victimes acceptent de payer la rançon. En Amérique, 64 % consentent d’effectuer un paiement. Ce qui encourage les rançonneurs à procéder plus aux  chantages. Ainsi, il semble indispensable de céder aux chantages des pirates. Ces derniers peuvent demander 500 dollars en mentant  pour récupérer une somme plus élevée une fois que la victime a accepté de payer.

À titre préventif, il est nécessaire de procéder aux mises à jour permanentes des PC. Cependant, il faut faire attention aux différents liens affichés et proposés dans les mails. Ils redirigent souvent les victimes vers les pièges de hackers. Il est aussi important de savoir que les ransomwares ou rançongiciels sont apparus, dernièrement, sur Facebook. Prendre toutes les précautions est donc nécessaire pour ne pas se faire infecter.

Laisser un commentaire