Ventes de logiciels de sécurité : en hausse de 40 % en Europe de l’Ouest d’ici 2020

D’ici 2020, le marché des logiciels de sécurité atteindra les 7 Milliards de dollars en Europe de l’Ouest. Cette croissance s’explique en grande partie par la sophistication des techniques utilisées par les pirates informatiques ces dernières années. Les ventes sont également dopées par l’évolution des réglementations, la transition numérique et l’essor des objets connectés.

ventes-de-logiciels-de-securite-en-hausse-de-40-en-europe-de-louest-dici-2020

Les ventes augmentent du jour au lendemain

Les différentes attaques perpétrées par les cybercriminels ces dernières années n’ont cessé d’encourager l’achat de logiciels de sécurité. Ainsi ce marché est encore loin de connaître des périodes difficiles, particulièrement en Europe de l’Ouest malgré l’incertitude financière qui règne actuellement. Selon le cabinet d’études IDC, il va générer environ 7 milliards de dollars dans cette partie du globe en 2020 contre 5 milliards en 2015. L’initiateur du rapport désigne trois facteurs à la source de cette progression. La première est la multiplication du nombre des cybercriminels et donc des attaques et des tentatives d’attaques. De plus, des modes opératoires deviennent de plus en plus sophistiqués ces derniers temps. De leurs côtés, les différentes entreprises, quel que soit leur domaine, devront se conformer à de nombreuses obligations réglementaires, qui constituent le second facteur de progression. La plus connue est le règlement général sur la protection des données de l’Union Européenne. Le but de ces mesures est toujours d’assurer la sécurité des données et la vie privée des utilisateurs. Enfin, l’Internet des objets et la transformation numérique accroissent la vulnérabilité des organisations et terminent donc la liste des facteurs. Pour affronter ces attaques informatiques de haut niveau, les éditeurs savent qu’il faut également des mesures drastiques. Ils ont compris que les méthodes classiques de défense ne sont plus suffisantes pour assurer la sécurité des systèmes d’information. La réalité est que plus d’un million de variantes de malwares viennent infecter le monde informatique chaque jour. Raison pour laquelle il est  difficile d’imaginer que des solutions fondées sur des signatures puissent garantir une protection. Toutefois, cette méthode ne doit pas être abandonnée, car il suffit de la combiner avec des outils plus performants pour accroître son efficacité.

Accompagner davantage les responsables de la sécurité

Les cybercriminels cherchent toujours de nouveaux itinéraires pour mettre la main sur nos données personnelles. De même,  la réglementation et la vulnérabilité grandissante des entreprises mettent sous pression les salariés. Et cela est  une source de stress notamment pour les responsables de sécurité informatique, qui sont aujourd’hui soutenus par les grands fournisseurs de services de sécurité. Quant aux éditeurs, ils peuvent aussi alléger les tâches des entreprises en leur fournissant des outils performants d’administration, d’orchestration et d’automatisation. Voilà une mesure qui donnera la possibilité à se focaliser essentiellement sur les aspects prioritaires qui requièrent plus d’intervention humaine. En dépit de ces facteurs prometteurs dont jouit le marché des logiciels de la sécurité en Europe de l’Ouest, les segments de produits n’en bénéficient pas nécessairement. En effet, certains n’évoluent pas et d’autres sont en chute libre. Cela concerne le plus souvent des secteurs où des adaptations technologiques considérables sont en cours. Le cas de l’univers des solutions de sécurité des messageries électroniques en est une bonne illustration. Depuis des années, les chiffres d’affaires de ce segment diminuent du fait de l’adoption des versions en mode SaaS. IDC voit toutefois d’un bon œil la situation et prévoit que la hausse de ventes des solutions hébergées compensera suffisamment la décadence du modèle « on-premise » dans la sécurisation des messageries avant 2020.

Laisser un commentaire