Les erreurs de Google relatives à la protection des données

Google est en phase de reconnaitre les erreurs qu’il a commises en ce qui concerne la protection des données confidentielles de ses utilisateurs. Il a décidé d’avouer cette faute dans le cadre d’une audition. Cerise sur le gâteau, le géant du web a reconnu ses erreurs devant une commission du Sénat étasuniennes.

De leur côté, Facebook, Twitter, Amazon et Apple n’y ont pas pu également échapper et se sont vus auditionnés par cette même commission.

Pour ce qui est de Google, il affirme reconnaitre les étourderies qui ont été commises. Il a également entrepris d’optimiser le programme de protection des données.

Quelques lois sur la protection des données via Google

En 2012, Google a accepté de payer une amende de 22,5 millions de dollars. Les poursuites de la Commission fédérale américaine du Commerce en sont les causes. Le FTC reproche à Google de ne pas avoir averti les utilisateurs de Safari Apple sur un recours aux cookies de suivi.

Cela a ainsi poussé le Congrès américain à vouloir en savoir plus sur les techniques de vente utilisées par les espaces publicitaires pour appâter les utilisateurs sur les produits qu’ils veulent leur vendre. L’utilisation des boîtes de messagerie et des autres prestations du net a été aussi remise en cause.

Ce qui fait qu’aujourd’hui, les règles qui forgent la protection des données sont désormais définies par le département du commerce. De même que le cadre légal des fournisseurs de messagerie et des réseaux sociaux a été renforcé par l’Union européenne.

A Bruxelles, de nouvelles règles portant sur la protection des sociétés et des données ont été mises en place. Leur irrespect entraîne le paiement d’amende qui peut valoir 4% des chiffres d’affaires mondiales.

Qu’en est-il de la confiance accordée à Google ?

Ce qui importe le plus aujourd’hui c’est de savoir si Google est capable de tenir ses promesses. Déjà, avec l’activation du système de localisation sur les Smartphones, Google n’attire pas tant la sympathie, mais la nouvelle version de chrome qui contraint la connexion aux services de Google ne rassure personne non plus. En dépit du programme de confidentialité qu’il propose, il lui est encore difficile de paraître honnête.

Twitter pour sa part cherche à développer un « cadre de protection de la vie privée ». Celui-ci est rigide et défend les droits de tout un chacun. Il conserve également la liberté relative à l’innovation.

Google et la proposition d’option de confidentialité

Pour une protection optimale des données, Google propose diverses options. Déjà, il est conseillé d’utiliser un service web en cas d’erreur de navigation. Par ailleurs, afin de compléter les requêtes de recherche, il est mieux de se tourner vers un service de prédilection. Cela vaut aussi pour les besoins de charger des pages web.

Pour optimiser le processus de détection de sites dangereux, il vaut mieux envoyer les informations de la page à Google. Les appareils ont aussi besoin d’être protégés contre ces sites. Pour ce faire, chrome se propose d’avertir l’usager lorsqu’il rencontre un site web douteux.

En outre, il est conseillé de renseigner Google sur les rapports d’erreur. Cela l’aidera à prévoir des améliorations. De même, chaque usager est convié à se servir d’un service web pour la correction des fautes d’orthographe. Par ailleurs, lorsque l’utilisateur envoie une requête visant à interdire le suivi dans le cadre de la navigation, il étoffe les données statistiques qui permettent à Google d’améliorer la sécurité.

Laisser un commentaire