Les failles informatiques les plus courantes

Toutes les entreprises, même les plus sécurisées, redoutent toujours les attaques des hackers à travers des failles informatiques. De plus, les attaques se passent souvent de manière inaperçue. En effet, 8 entreprises sur 10 qui subissent des piratages informatiques ne le savent pas. Voici 5 failles informatiques les plus courantes qui peuvent compromettre le système informatique des entreprises.

Failles au niveau des protocoles d’administration

Pour ce type de faille, les négligences en matière de sécurité se trouvent au niveau des éléments actifs comme les switchs, les routeurs ou encore les imprimantes. Souvent, les mots de passe d’administration par défaut pour accéder à ces types d’équipement restent inchangés. Ce type de faille est souvent exploité par les hackers pour porter atteinte à l’entreprise.

Failles au niveau des bases de données

Les bases de données constituent une cible privilégiée des pirates informatiques. Ce type de faille s’explique souvent par l’utilisation de mots de passe qui sont en fonction du nom du serveur. Certains administrateurs de bases de données usent de cette technique lorsqu’ils gèrent un grand nombre de serveurs, afin de mémoriser plus facilement les mots de passe.

Les hackers exploitent cette faille pour accéder aux fichiers de la base de données pour pouvoir ensuite obtenir d’autres comptes utilisateurs avec des mots de passe faibles. Ces mots de passe faibles peuvent être facilement décryptés par la technique de cassage. Ces comptes piratés seront par la suite utilisés par le hacker pour poursuivre son attaque sur l’ensemble du réseau.

Failles au niveau du partage de fichiers

La plupart des entreprises, pour ne pas dire toutes les entreprises, utilisent le partage de fichiers. Le plus souvent, la restriction est rarement préconisée. Pourtant le partage de fichiers non sécurisés représente une porte sans serrure pour les hackers et leur permettant d’obtenir des informations sensibles, voire confidentielles, de l’entreprise.

Pour les imprimantes les plus récentes par exemple, des failles permettant aux pirates informatiques de récupérer des données numérisées ou photocopiées dans l’entreprise existent, si aucune mesure de sécurité informatique adaptée n’a été prise en amont.

Failles au niveau de la gestion des droits

Dans beaucoup d’entreprises, les restrictions d’accès sont parfois trop laxistes, et parfois même inexistantes. Des études menées par les experts en sécurité informatique ont déduit que 50% des menaces proviennent directement des employés de l’entreprise.

Non pas parce qu’ils sont malintentionnés, mais souvent ils ne sont conscients des risques que représente leur laxisme en matière de sécurité informatique. Bref, ils constituent le maillon faible de la chaine de sécurité informatique.

Par exemple, en permettant à un stagiaire d’utiliser la session de son encadreur au sein de la boîte. L’entreprise s’expose à des risques comme le vol d’informations stratégiques ou confidentielles.

Les vulnérabilités web

Les vulnérabilités web représentent des risques non négligeables en matière de sécurité informatique.

Les vulnérabilités les plus courantes sont :

  • La vulnérabilité « SQL Injection» : les hackers procèdent par la technique des injections SQL pour s’introduire discrètement sur le système de l’entreprise dans le but de s’approprier illégalement des informations confidentielles. Les pirates injectent un « malware » par le biais de codes JavaScript, dans le but de porter atteinte à l’entreprise.
  • La vulnérabilité « Cross Site Scripting» ou « XSS » : c’est le type d’attaque le plus fréquent sur les sites Internet. Les impacts pour ce type d’attaque sont multiples, pour ne pas citer que la redirection vers un site d’hameçonnage, le vol des sessions utilisateurs ou encore le vol de données sensibles.
  • La vulnérabilité « Broken Authentification and Session Management » : cette vulnérabilité permet aux hackers d’usurper l’identité d’un utilisateur dont l’identifiant a été volé et utilisé à son insu. Ce type de cas arrive surtout pour les entreprises avec des réseaux dont les requêtes HTTP ne seraient pas en SSL.
  • La vulnérabilité « Cross Site Request Forgery» : ce type de vulnérabilité repose également sur le principe d’injection de codes malveillants directement par le navigateur de la cible. Le hacker bénéficie alors de tous les droits, dont des accès privilégiés, accordés à l’utilisateur sans que ce dernier s’en doute.

Comment se protéger des failles informatiques

Toutes les entreprises ne disposent pas forcément des moyens nécessaires pour lutter contre les attaques des hackers aguerris. D’autant plus que cela demande un investissement considérable aussi bien en personnel (pour leurs compétences), que matériel ou financier.

Heureusement, des solutions comme la sous-traitance pour la sécurité informatique existent. Se tourner vers des prestataires à l’instar de Nomios, le leader du marché en France, représente de nombreux avantages comme la maîtrise des coûts sur la sécurité informatique, mais surtout des services personnalisés et adaptés à tous les budgets et tous les besoins. En outre nomios.fr est l’un des acteurs de la cybersécurité les plus populaires. Cette popularité, ce n’est pas le fruit du hasard, mais plutôt de la qualité de la prestation pour chaque client.

Laisser un commentaire