La 19ème édition du Salon mondial de la sécurité intérieure qui s’est tenue récemment a été l’occasion de se rendre compte que le domaine de la sécurité informatique est le secteur qui manque cruellement de véritables spécialistes.

Le secteur de la cyber-sécurité recrute

La 19ème édition du Salon mondial de la sécurité intérieure qui s’est tenue récemment a été l’occasion de se rendre compte que le domaine de la sécurité informatique est le secteur qui manque cruellement de véritables spécialistes.

Selon l’ANSSI, le plus gros demandeur d’experts en informatique en France sur le marché, un quart seulement des besoins en cyber spécialistes ont pu être comblés.

En effet, en matière de postes vacants, c’est lui qui en offre le plus. Pourtant, on ne se bouscule pas vraiment pour les avoir et pour cause, les experts en cyber-sécurité se comptent seulement par quelques centaines. Il est cependant clair que le métier de RSI ou responsable de sécurité des systèmes informatiques est l’un des métiers les plus prometteurs actuellement. Effectivement, la vulgarisation du numérique aidant dans la vie économique, la protection des réseaux informatiques devient une nécessité pour les institutions et les entreprises.

Selon l’ANSSI, le plus gros demandeur d’experts en informatique en France sur le marché, un quart seulement des besoins en cyber spécialistes ont pu être comblés. Pour l’année prochaine, il offre encore 600 autres emplois dans le domaine, soit 100 postes de plus que 2015. Parmi eux, les places de juriste spécialisé, d’architecte de sécurité ou des spécialistes des tests d’intrusion ou des hackers éthiques.

Parmi eux, les places de juriste spécialisé, d’architecte de sécurité ou des spécialistes des tests d’intrusion ou des hackers éthiques.

Quelques centaines seulement de diplômés informatiques

S’il manque donc de demandeurs d’emploi dans le domaine, c’est parce que les formations spécialisées ne suffisent pas. En effet, ils ne sont que quelques centaines tous les ans à obtenir leur licence ou master pro dans l’administration et sécurité des réseaux ou autres… Un chiffre minime ne réussissant pas à satisfaire les milliers de demandes. L’une des formations les plus utiles est entre autres la licence pro CDAISI de l’IUT, le master SRS de l’EPITA ou le master de sécurité virtuelle de Télécom Paris Tech et Supélec… De ce fait, ces nouveaux ingénieurs experts dans la cyber-sécurité fraîchement débarqués commencent à travailler avec la coquette somme de trente-cinq mille euros par an.

D’après Joël Courtois de l’EPITA, la demande est telle que les écoles n’arrivent pas à la satisfaire rapidement. En effet, il ne suffit pas qu’un RSI ait les compétences techniques requises pour être opérationnel. Il doit également être un bon manager ou un juriste au comportement irréprochable. Pour pallier à ce manque, certaines entreprises n’hésitent donc pas à recruter des pirates informatiques dotés d’une certaine expérience.

 D’après Joël Courtois de l’EPITA, la demande est telle que les écoles n’arrivent pas à la satisfaire rapidement.

Des demandes en parallèle avec les menaces de cyber-sécurité

Les demandes en expert informatique augmentent alors au fur et à mesure que les menaces virtuelles se font de plus en plus nombreuses. Si on ne prend en compte que les 1 300 attaques informatiques dont ont été victimes les 2 500 sites internet suite aux attentats de Charlie Hebdo, on sait pourquoi les autorités souhaitent investir davantage dans la lutte contre le terrorisme informatique. Vu aussi que le marché français représente pas moins de 2, 4 milliards d’euros de CA en 2014, tendant à augmenter de 5 % par an prochainement, on comprend les enjeux de sa sécurité. De ce fait, les entreprises commencent à considérer d’un autre œil cet aspect de leur sécurité informatique et s’y investissent progressivement à l’instar de leurs autorités respectives.

Laisser un commentaire