Les données sur les réseaux sociaux ne sont réellement pas privées

Une association américaine a prouvé que l’administration policière américaine utilise les données sur les réseaux sociaux dans ses fonctions de maintien de l’ordre. Facebook, Twitter, et Instagram en sont concernés.

les-donnees-sur-les-reseaux-sociaux-ne-sont-reellement-pas-privees

Infiltrer pour une bonne cause ?

ACLU a publié des documents qui prouvent que la police américaine se sert des données sur Facebook, Twitter et Instagram pour gérer les manifestations. Les membres des forces de l’ordre infiltraient ainsi les comptes des citoyens américains pour pourchasser des fauteurs de troubles et les meneurs de troupes. Les réseaux sociaux leur ont également permis d’en savoir plus sur la nature de chaque manifestation et de mettre en place des systèmes pour contenir les dérapages.

Inspecter les informations dans les réseaux sociaux a longtemps été le travail de Geofeedia. Cette dernière est une société privée spécialisée dans l’analyse en temps réel des informations sur les réseaux sociaux. Basé à Chicago, il a des centaines de clients dans le monde qui sont, pour la plupart, des organisations publiques œuvrant dans la sécurité et le maintien de l’ordre.

Pour ce faire, Geoffidia s’appuie sur l’API ou Application Programming Interfaces des réseaux sociaux et propose à son tour la visibilité à ses clients se servent des données à leur guise. C’est ainsi que toute photo de discussion privée, vidéo, texte sur Facebook devient publique. L’accès libre aux comptes de chaque utilisateur permet à ces organisations de géolocaliser et connaître l’adresse IP de tout utilisateur en temps réel.

Geofeedia : lien brisé avec Facebook, Instagram et Twitter

Selon une source proche du dossier, Geofeedia comptabilise aujourd’hui 500 clients, notamment organismes publics éparpillés à travers le monde. L’entreprise explique dans sa note de présentation, que son outil de surveillance a, pour objet, le maintien de la paix dans le monde. En effet, il est utilisé pour prévenir et surveiller les risques qui peuvent avoir lieu au cours des manifestations publiques.

Suite à la publication de l’ACLU ou American Civil Liberties Unions, les réseaux sociaux Facebook et Instagram ont décidé de priver l’accès de Geofeedia à son API. Il va faire maintenant un mois que l’entreprise ne peut plus exploiter les informations qui s’y trouvent. D’après ce qu’il a publié, Twitter affirme aussi vouloir pénaliser cette entreprise en lui infligeant le même type de correction.

Comment utiliser les médias sociaux à bon escient ?

En accueillant des millions d’utilisateurs, les réseaux sociaux deviennent un outil par excellence de s’ouvrir au monde. Cependant, du fait de l’utilisation des pseudonymes, et des paramètres de confidentialité, ils sont aussi devenus un moyen très efficace pour communiquer en privé et dissimuler des échanges malveillants. C’est pour cette raison qu’ils intéressent autant les forces de l’ordre et les organismes en charge du maintien de la paix. Ainsi, quelques questions méritent d’être posées quand on utilise les réseaux sociaux : quelles sont mes règles de confidentialité ? Qui sont réellement mes contacts ? Quelles informations devrais-je garder personnelles ?

Par-dessus la question sur la protection contre les utilisateurs malveillants, il est aussi préférable de se protéger contre le réseau social lui-même. Ainsi, à la souscription, il n’est pas toujours judicieux d’utiliser son propre nom. Il faudra préférer les pseudonymes. De même, il faut aussi éviter de fournir plus que les informations nécessaires à l’ouverture du compte. Comme mesure d’accompagnement, lier son compte à une adresse e-mail indépendant est un bon réflexe.

Laisser un commentaire