Cybersécurité : Kapersky Lab a démontré des failles au sein des entreprises marocaines

Actuellement, la cybercriminalité touche toutes les entreprises, même celles qui s’exercent dans la sécurité informatique, et tous les pays. Kaspersky Lab a récemment publié les résultats d’une étude nationale en rapport avec les comportements et attitudes des entreprises marocaines face à la sécurité informatique dans le royaume chérifien.

Kaspersky Lab a réalisé cette étude en collaboration avec Averty. Les résultats ont été présentés en fonction du sondage d’opinion fait sur la plupart des entreprises du pays. Ils sont classés en 3 catégories précises.

La sécurité informatique dans le milieu professionnel

L’enquête à ce sujet a été réalisée auprès de 714 individus âgés de 21 ans et plus. Ces personnes s’expriment dans des langues différentes, en arabe et en français. La répartition s’est faite sur des entreprises se trouvant dans 40 villes, dont 26,5 % sur l’axe de Casablanca-Rabat, 12,5 % à Agadir, 9 % à Marrakech et 8 % à Fès. L’étude a touché plus de 26 secteurs d’activité comportant de diverses organisations qui emploient en moyenne 10 personnes et dont le nombre est à plus de 500. C’est de cette manière que Kaspersky a pu démontrer que plus des 21 % des entreprises marocaines ont déjà été victimes de menaces informatiques. Ces dernières se présentent sous plusieurs formes : virus (63 %), logiciels malveillants (21,4 %), perte de données (16,9 %). D’ailleurs, cette étude a permis de déterminer que pour 84,6 % des professionnels marocains, l’antivirus est l’outil de protection privilégié.

Les outils de sécurité informatique

En ce qui concerne les outils de sécurité informatique, la plupart des entreprises (91 %) prennent en considération l’utilité de la protection de données professionnelles, même si 20 % d’entre elles n’y ont pas recours. Elles pensent que prendre cette initiative n’est pas nécessaire. En outre, les entreprises marocaines accordent moins d’importance à leur département informatique, alors que ce dernier tient une place importante et constitue un facteur de développement non négligeable. Il n’est sollicité que dans 50 % des cas. 40 % des interrogés ont affirmé avoir déjà inséré une clé USB inconnue sur leur terminal. D’ailleurs, 33 % ont cliqué avec ignorance sur les pièces jointes d’un mail envoyé par un inconnu. Même si l’appareil est équipé d’un antivirus, il faut changer fréquemment son mot de passe pour s’assurer d’être à l’abri de la cyberattaque, mais 46 % des professionnels marocains interviewés ne mettent pas cette recommandation en pratique.

Les règles de sécurité négligées ou outrepassées

Sur ce dernier point, environ 30 % des professionnels interrogés affirment négliger les règles de sécurité. De ce fait, les mises à jour sont en retard, des softwares sont utilisés par erreur. En plus, 53,5 % des professionnels enquêtés confirment avoir essayé d’outrepasser les règles de sécurité IT, 23,8 % le font à de rares occasions, 13,4 % de manière fréquente et 16,2 % régulièrement. À propos des dernières cyberattaques Wanacry et Petya, 33,6 % des interviewés en sont au courant alors que 78,8 % pensent qu’ils peuvent être des victimes dans de telles circonstances.

Laisser un commentaire